La vie n'est pas une compétition

Barn Raising Photo par Braden Collum sur Unsplash

« La vérité primaire à être humains, c’est que nous avons besoin les uns des autres, et non pas que nous nuisons les uns aux autres » – Justin Whitmel Earley 1

Nous nous définissons souvent par les histoires que nous nous racontons, et en tant qu’individus et en tant que société. Grand nombre des histoires que nous racontons et que nous entendons de nos jours sont des récits de compétition, et cette même tendance est présente dans presque touts les domaines de la vie.

La communauté se trouve dans les petites choses...

Voisinage BBQ

Hier soir nous avons eu notre première activité officielle du Voisinage : un BBQ communautaire. En total on était une quarantaine, dont des membres du ministère, des connaissances, et des parfaits étrangers. C’était un bon départ de l’année, et je pense que tout le monde s’est bien amusé, mais pour moi le moment le plus encourageant était une petite expérience qu’un ami m’a raconté :

Communauté ou société?

Hôtel du parlement du Québec, 1901 Hôtel du parlement du Québec, 1901, de Wikipédia

Vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, vous êtes maintenant le peuple de Dieu – 1 Pierre 2:10

Qu’est-ce qu’un peuple? Au Québec nous avons une compréhension un peu plus claire qu’ailleurs au Canada de ce que c’est, un peuple. On parle souvent du peuple Québécois. On se débat de la définition de la nation Québécois – est-elle ethnique, linguistique, ou culturelle? Peut-on devenir Québécois? (Autrefois je pensais que oui, mais avec le temps je commence à perdre espoir…)

Reconstruire la paroisse

Notre Dame Photo par Nivenn Lanos on Unsplash

J’ai récemment parlé avec des amis qui sont membres de l’Église du Plateau à Montréal, et ils me parlaient du groupe cellule de l’église duquel ils font partie. Le groupe consistaient de bons amis qui habitaient un rayon d’environ trois minutes de marche les uns des autres. J’ai trouvé ça très attrayant, mais ce n’est pas trop surprenant, car à peu près la moitié des membres de cette église habitent le quartier où elle est située, ce qui permet une communauté organique et une implication naturelle au sein de leur entourage.

Si, comme j’ai proposé la semaine dernière, nous devons montrer une image complète du Royaume de Dieu afin de faire comprendre le message de l’évangile, je crois que, dans notre contexte, une approche hyper-locale est le chemin vers lavant. Contraire au passé, quand la foi chrétienne était partout, nous n’avons ni les ressources ni les gens pour saturer notre société d’exemples de lumières qui brillent devant les hommes, afin qu’ils voient nos bonnes oeuvres et glorifient notre Père (Matthieu 5:16). Mais si nous nous concentrons dans, et sur, un quartier en particulier, nous pouvons rendre le Royaume très visible aux habitants de ce voisinage.

La dernière pièce du casse-tête, ou, pourquoi l'évangélisation ne fonctionne plus

La Joconde

Avez-vous déjà fait un casse-tête? Imaginez que vous êtes assis à votre table de cuisine, devant une belle image presque terminée – pour être artistique, l’image est une reproduction de la Joconde de de Vinci. Il reste seulement deux ou trois pièces à placer, au tout milieu de son visage. En les posant – ces pièces qui forment son sourire – vous expérimentez la joie de voir une des plus grandes oeuvres d’art de tout les temps, enfin complète, devant vos yeux.

Cherchez d'abord le royaume de Dieu

Chateau

Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice…

Si vous avez passé du temps à l’église, vous avez sûrement déjà entendu, chanté, et écouté des prédications sur ces paroles. Et je soupçonne que je ne suis pas le seule de les avoir profondément mal-comprises pendant longtemps. Moi, j’ai pris pour acquis que ce que Jésus commandait là, c’était de travailler ma relation personnelle avec Dieu. C’était l’idée du culte personnel, ou du temps de dévotion. Tout seul, chez moi, dans ma chambre intérieur, la porte fermée.

Et nous avons souvent la tendance de croire que le vrai de vrai de ma foi se fait dans ces moments personnels, à part, lorsque c’est juste moi et mon Dieu.

Le travail, la communauté, et l'isolement

Barn Raising Photo par Randy Fath sur Unsplash

« Dans les sociétés traditionnelles, le travail quotidien rendait service à la communauté, fortifiait sa cohésion sociale, et gagnait un respect public pour le travailleur… »

Une théorie de la sociologie économique de Karl Polyani 1 souligne le travaille moderne comme source d’isolement et de dés-intégration communautaire dans notre société :

« lorsque les gens deviennent des travailleurs salariés… leur travail est séparé (”disimbedded”) de leur matrice sociale, et ils perdent les valeurs héritées et leur identité culturelle … ils travaillent pour l’argent nécessaire pour la survie. »

L'évangile du royaume

Église

Dimanche dernier, mon pasteur a commencé sa prédication en posant une question :

« Pourquoi venez-vous à l’église? »

Il l’a posé dans un contexte d’une baisse d’assistance au culte, et la réponse qui m’est venue était :

Nous ne venons pas à l’église, nous sommes l’église. C’est pour ça que Dieu nous a créés.

La crise de communauté selon Catherine Dorion

Catherine Dorion

J’ai beaucoup parlé de la communauté sur ce blogue, et le plus j’y pense, le plus je voit que cette direction est vraiment la bonne pour l’avenir de notre ministère. Juste un court post aujourd’hui pour partager un discours de la député Catherine Dorion à l’Assemblée Nationale à la fin de l’année 2018. La première fois que j’ai écouté ce discours, j’avais presque l’impression d’entendre un prophète de l’Ancien Testament reprendre le peuple d’Israël. Même les voix les plus séculières voient le problématique de nos jours; malheureusement Dorion ne remarque pas le lien entre la sécularisation du Québec et son abandon de la vie communautaire.

Des voix comme celle-ci me donne de plus en plus d’espoir que le peuple de Dieu aura quelque chose de grand à montrer au monde, si nous pouvons mettre en pratique le commandement de Jésus de s’aimer les uns les autres comme il nous a aimé.