Mission Style

Croix cloche Photo par Anthony Delanoix sur Unsplash

Bien des choses se sont produites depuis mon dernier article, dont la fin de ma maîtrise et le début d’un PhD en missiologie. J’ai beaucoup à dire au sujet des dernières années, mais pour commencer je veux donner un survol de mon projet doctoral, duquel j’ai tiré un nouveau nom à ce blogue. Grosso modo, j’explore une vision renouvelée de la mission chrétienne pour s’adapter à notre société contemporaine. Il s’intitule, « Le style de vie: Clé pour une missiologie contextuelle post-moderne ».

Nous nous trouvons affrontés par une crise d’implication communautaire qui cause deux difficultés dans la mission : il est de plus en plus difficile d’attirer l’intérêt des non-croyants, et il est de plus en plus difficile de mobiliser les croyants, soit comme missionnaires vocationnels, soit comme bénévoles. Il me semble que cette difficulté renvoie à notre proposition missionnaire. Pour les non-croyants, nous voulons qu’ils se joignent à une institution, et pour les croyants, nous voulons qu’ils bâtissent une institution. Cependant, comme vous le savez sans doute, notre société ne fait plus confiance aux institutions, qu’elles s’agissent de gouvernements, d’églises, de ministères ou d’entreprises.

Ceci n’est pas d’une situation temporaire, conséquence d’une vague de scandales chez les dirigeants des églises, ni d’une hausse marquée de corruption gouvernementale. Les deux existent depuis toujours. Il s’agit d’un plus grand déplacement culturel. C’est une facette de la transition de la modernité à la post-modernité.

La vie n'est pas une compétition

Barn Raising Photo par Braden Collum sur Unsplash

« La vérité primaire à être humains, c’est que nous avons besoin les uns des autres, et non pas que nous nuisons les uns aux autres » – Justin Whitmel Earley 1

Nous nous définissons souvent par les histoires que nous nous racontons, et en tant qu’individus et en tant que société. Grand nombre des histoires que nous racontons et que nous entendons de nos jours sont des récits de compétition, et cette même tendance est présente dans presque touts les domaines de la vie.

La communauté se trouve dans les petites choses...

Voisinage BBQ

Hier soir nous avons eu notre première activité officielle du Voisinage : un BBQ communautaire. En total on était une quarantaine, dont des membres du ministère, des connaissances, et des parfaits étrangers. C’était un bon départ de l’année, et je pense que tout le monde s’est bien amusé, mais pour moi le moment le plus encourageant était une petite expérience qu’un ami m’a raconté :

Communauté ou société?

Hôtel du parlement du Québec, 1901 Hôtel du parlement du Québec, 1901, de Wikipédia

Vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, vous êtes maintenant le peuple de Dieu – 1 Pierre 2:10

Qu’est-ce qu’un peuple? Au Québec nous avons une compréhension un peu plus claire qu’ailleurs au Canada de ce que c’est, un peuple. On parle souvent du peuple Québécois. On se débat de la définition de la nation Québécois – est-elle ethnique, linguistique, ou culturelle? Peut-on devenir Québécois? (Autrefois je pensais que oui, mais avec le temps je commence à perdre espoir…)

Reconstruire la paroisse

Notre Dame Photo par Nivenn Lanos on Unsplash

J’ai récemment parlé avec des amis qui sont membres de l’Église du Plateau à Montréal, et ils me parlaient du groupe cellule de l’église duquel ils font partie. Le groupe consistaient de bons amis qui habitaient un rayon d’environ trois minutes de marche les uns des autres. J’ai trouvé ça très attrayant, mais ce n’est pas trop surprenant, car à peu près la moitié des membres de cette église habitent le quartier où elle est située, ce qui permet une communauté organique et une implication naturelle au sein de leur entourage.

Si, comme j’ai proposé la semaine dernière, nous devons montrer une image complète du Royaume de Dieu afin de faire comprendre le message de l’évangile, je crois que, dans notre contexte, une approche hyper-locale est le chemin vers lavant. Contraire au passé, quand la foi chrétienne était partout, nous n’avons ni les ressources ni les gens pour saturer notre société d’exemples de lumières qui brillent devant les hommes, afin qu’ils voient nos bonnes oeuvres et glorifient notre Père (Matthieu 5:16). Mais si nous nous concentrons dans, et sur, un quartier en particulier, nous pouvons rendre le Royaume très visible aux habitants de ce voisinage.

La dernière pièce du casse-tête, ou, pourquoi l'évangélisation ne fonctionne plus

La Joconde

Avez-vous déjà fait un casse-tête? Imaginez que vous êtes assis à votre table de cuisine, devant une belle image presque terminée – pour être artistique, l’image est une reproduction de la Joconde de de Vinci. Il reste seulement deux ou trois pièces à placer, au tout milieu de son visage. En les posant – ces pièces qui forment son sourire – vous expérimentez la joie de voir une des plus grandes oeuvres d’art de tout les temps, enfin complète, devant vos yeux.

Cherchez d'abord le royaume de Dieu

Chateau

Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice…

Si vous avez passé du temps à l’église, vous avez sûrement déjà entendu, chanté, et écouté des prédications sur ces paroles. Et je soupçonne que je ne suis pas le seule de les avoir profondément mal-comprises pendant longtemps. Moi, j’ai pris pour acquis que ce que Jésus commandait là, c’était de travailler ma relation personnelle avec Dieu. C’était l’idée du culte personnel, ou du temps de dévotion. Tout seul, chez moi, dans ma chambre intérieur, la porte fermée.

Et nous avons souvent la tendance de croire que le vrai de vrai de ma foi se fait dans ces moments personnels, à part, lorsque c’est juste moi et mon Dieu.

Le travail, la communauté, et l'isolement

Barn Raising Photo par Randy Fath sur Unsplash

« Dans les sociétés traditionnelles, le travail quotidien rendait service à la communauté, fortifiait sa cohésion sociale, et gagnait un respect public pour le travailleur… »

Une théorie de la sociologie économique de Karl Polyani 1 souligne le travaille moderne comme source d’isolement et de dés-intégration communautaire dans notre société :

« lorsque les gens deviennent des travailleurs salariés… leur travail est séparé ("disimbedded") de leur matrice sociale, et ils perdent les valeurs héritées et leur identité culturelle … ils travaillent pour l’argent nécessaire pour la survie. »

L'évangile du royaume

Église

Dimanche dernier, mon pasteur a commencé sa prédication en posant une question :

« Pourquoi venez-vous à l’église? »

Il l’a posé dans un contexte d’une baisse d’assistance au culte, et la réponse qui m’est venue était :

Nous ne venons pas à l’église, nous sommes l’église. C’est pour ça que Dieu nous a créés.

La crise de communauté selon Catherine Dorion

Catherine Dorion

J’ai beaucoup parlé de la communauté sur ce blogue, et le plus j’y pense, le plus je voit que cette direction est vraiment la bonne pour l’avenir de notre ministère. Juste un court post aujourd’hui pour partager un discours de la député Catherine Dorion à l’Assemblée Nationale à la fin de l’année 2018. La première fois que j’ai écouté ce discours, j’avais presque l’impression d’entendre un prophète de l’Ancien Testament reprendre le peuple d’Israël. Même les voix les plus séculières voient le problématique de nos jours; malheureusement Dorion ne remarque pas le lien entre la sécularisation du Québec et son abandon de la vie communautaire.

Des voix comme celle-ci me donne de plus en plus d’espoir que le peuple de Dieu aura quelque chose de grand à montrer au monde, si nous pouvons mettre en pratique le commandement de Jésus de s’aimer les uns les autres comme il nous a aimé.

La communauté est difficile -- et c'est une bonne chose

Dietrich Bonhoeffer

Tout comme nous avons la certitude que Dieu désire nous conduire à une connaissance de la fraternité chrétienne authentique, nous pouvons aussi être certains que nous devrons être terrassés par un grand désillusionnement avec les autres, avec les chrétiens en général, et, si nous avons de la chance, avec nous-mêmes…

En partageant l’idée du Voisinage avec nos étudiants, quelques uns ont fait des commentaires du genre, « J’aime vraiment l’idée! Mais moi, je ne pourrais jamais en faire partie parce que… » suivi d’une variation de, « Je ne sais pas si je pourrais vivre avec d’autres personnes », « J’aime habiter seul », et même « Je ne veux pas passer du temps avec des chrétiens maladroits. »

Ou autrement dit, « Vivre avec les autres, c’est difficile et malaisant. »

Ce n’est pas fou, quand même.

Le Voisinage, ou, Que faisons-nous, alors?

Voisinage header

Nous voulons toucher trois types de personnes en même temps. Jésus promet que l’amour surnaturel entre chrétiens rendra clair au monde que Dieu l’a envoyé, que Dieu nous a aimé, et que nous sommes ses disciples. Ce qui est de plus, notre société vit une crise de communauté.

C’est sur le fondement de ces trois principes que l’équipe du ministère étudiant à Québec bâtit notre plan pour les prochaines années. Nous voulons créer une communauté, basé sur cet amour, qui montrera aux croyants convaincus, aux chrétiens en questionnement, et aux gens qui n’ont aucune expérience de la foi, que Jésus change tout.

Le modèle du monde actuel : des cartes trompeuses

USS Jeannette Le 8 juillet 1879 la navire USS Jeannette quitte la Californie en expédition pour atteindre le pôle nord.

Suivant une carte élaboré par d’un certain August Petermann, qui croyait qu’un courant tempéré coulait vers le nord dans le détroit Béring et mènerait la navire vers une mer libre du pôle.

La théorie de Petermann était fausse, la navire s’est trouvé prise dans la glace et suite à deux ans de dérive, elle est écrasé par la pression. Le capitaine George Washington De Long, ainsi que 20 des 32 membres de son équipage, sont mort en essayant de retrouver la terre solide.

Et si nous, nous suivons des cartes trompeuses pour fixer le cours de notre vie?

Le modèle du monde actuel : L'âge de l'authenticité selon Charles Taylor (2e partie)

Authentic

Au-delà de sa description générale de l’âge de l’authenticité (rappelons, une époque caractérisé par l’imaginaire sociale de l’individualisme expressif et par un étalage mutuel qui nous permet de faire voire notre identité élu), Taylor offre aussi des éclaircissements de ses effets sur la foi et la spiritualité :

  1. La promesse brillante du prochain nouveau produit, qui offre toujours une plus grande satisfaction, est un genre de « magie plus forte » que la foi, et elle nous mène à délaisser une croyance traditionnelle.

  2. La vie spirituelle à laquelle j’adhère doit être mon choix personnel.

  3. Cette spiritualité doit me parler, personnellement, et m’aider à me développer selon ma propre compréhension du sens et du but.

  4. La spiritualité est une quête individuelle, quelque chose que chacun doit découvrir pour soi-même, sans accepter quoique ce soit comme acquis.

Le modèle du monde actuel : L'âge de l'autenticité selon Charles Taylor (1ère partie)

Authentic

J’ai fait référence à quelques reprises à la pensée de Charles Taylor, philosophe montréalais, et expert en sécularisation. J’ai pris ces idées du livre How (Not) To Be Secular, Reading Charles Taylor de James K. A. Smith (Eerdmans, 2014).

La pensée de Taylor est pleine d’observations pénétrante concernant notre société actuelle, et je voulais en partager quelques unes sous le thème du modèle du monde actuel. Je résume le chapitre 4 du livre de Smith, surtout les pages 84 à 90.

Selon Taylor, nous vivons maintenant dans un « âge d’authenticité ». On est arrivé ici d’un point de départ, un « ancien régime », où notre identité religieuse était très reliée à notre communauté locale. On a passé par un « âge de mobilisation », qui croyait, grosso modo, que pour expérimenter la présence de Dieu, il fallait construire une société qui suivait ses préceptes et vivait selon son modèle, car il n’était pas présent, de façon directe, dans la création.

Le modèle du monde actuel : la sexualité

Supergirl

(NB : Ce post est la suite d’une série. Si possible, veuillez le lire dans le contexte des deux posts précédents : Ne vous conformez pas au monde actuel et Le modèle du monde actuel. )

L’année dernière ma femme et moi se sont trouvés entourés de couples chrétiens, pas encore mariés, qui ne suivaient pas le modèle de sexualité chrétienne. Nous travaillons avec un ministère étudiant, alors c’est bien normal que des questions de sexualité soient d’actualité pas mal tout le temps. Mais ce qui nous a marqué était que ces couples n’étaient pas de nos étudiants.

Évidemment c’est un sujet sensible, alors je ne veux pas trop parler des cas particuliers, mais ce n’est pas de nouveaux croyants que je parle non plus – dans ce groupe se trouvaient des gens de tout groupe d’âge, des gens qui ont grandi dans l’église ou qui y ont passé des décennies comme adultes, même certains qui avaient aidé des jeunes à consacré la sexualité pour le mariage. Ces personnes étaient toutes, encore, engagées dans la foi – bref, c’était gens qui ne devraient pas prendre de tels décisions.

Parenthèse : Cohabitat Québec, un exemple de communauté chez nous

Cohabitat Québec

Une petite parenthèse aujourd’hui. J’ai beaucoup réfléchi dernièrement à l’absence de communauté dans notre context, à ce à quoi ressemblerait une vrai communauté, etc.

Alors lorsque j’ai lu la description de ce reportage de Pas banal, la vie, sur Radio-Canada, ça a piqué ma curiosité. Le sujet du rapportage est Cohabitat Québec, une copropriété axé sur la vie communautaire. Une centaine de personnes vivent en appartements et en maisons de ville avec des espaces communes et des activités communautaires régulières. Moi, je trouve ça vraiment attrayant, et j’ai l’impression que ça ressemble un peu à ce qu’on voit en Actes 2 (mais sans Jésus). Il y a beaucoup là-dedans pour nous inspirer en tant que Chrétiens, et ça montre clairement que les gens ici ont soif d’une vrai communauté.

Le modèle du monde actuel

Ne prenez pas comme modèle le monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de votre intelligence, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu: ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait. Romains 12:2 - (BDS) La dernière fois, nous avons parlé du besoin d’exposer les croyances incontestés de notre culture. La Bible du semeur parle du “modèle du monde actuel” ; alors, quel est ce modèle auquel nous ne devons pas nous conformer?

Un cadeau de Noël

Je suis vraiment très content aujourd’hui d’annoncer la publication d’un journal de prière numérique que j’ai créé pour Android! Télécharger sur Google Play J’ai commencé à l’élaborer il y a deux ou trois ans, mais rendu au point où il était utile pour moi, j’ai passé à autre chose et je n’ai pas terminé le projet. Mais dernièrement je me suis rendu compte que c’était assez fonctionnel pour que d’autres puissent en profiter, et en plus j’ai eu quelques réflexions cette session sur la prière comme moyen pour faire connaître Dieu… Alors j’ai passé du temps pendant la pause de Noël pour ajouter les fonctionnalités nécessaires pour le publier.

Ne vous conformez pas au monde actuel

Ne vous conformez pas au monde actuel, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. - Romains 12:2 J’ai parlé dans mon premier post du social imaginary de Charles Taylor – l’idée que nous acceptons, sans y réfléchir, des récits, des valeurs, et priorités de la société autour de nous. Ce qui est de plus, même lorsque nous réfléchissons, c’est sur la base de ces acquis que nous évaluons nos choix et nos idées.

Comme je vous ai aimés...

« Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. C’est à cela que tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour les uns pour les autres » Jean 13:34-35 Les deux dernières semaines, nous avons parlé des promesses de Jésus qui relient notre amour et notre unité à notre témoignage, en Jean 13:34-35, et Jean 17:20-23.

Nous n'avons jamais vu une vrai communauté

La semaine dernière j’ai parlé du fait que notre société ne semble pas être intéressé par une communauté, même si la communauté est un besoin essentiel à notre nature. Alors pourquoi? Je vous propose que c’est parce qu’au Québec, nous n’avons que rarement (ou même jamais) vu une vrai communauté. Matthieu Bélisle, dans son livre « Bienvenue au pays de la vie ordinaire » a écrit ceci au sujet des Québécois :

Les Québécois ne cherchent pas la communauté

Le ministère de Pouvoir de Changer au Canada est en train de modifier son approche en matière d’évangélisation pour mettre plus d’emphase sur le ministère relationnel au lieu d’évangélisation « au hasard » dans des endroits publics (questionnaires au campus, sondages à grand échelle, etc). D’un côté ceci marque un changement important et nécessaire, entre autre parce que dans le passé nous avons tellement mis l’accent sur les randoms, qu’on a beaucoup négligé l’approche relationnelle qui est souvent plus efficace dans notre contexte canadien.

Toucher trois types de personnes en même temps

Cette année à Pouvoir de Changer, Université Laval, nous essayons de réorienter nos activités dans le but de servir trois publics : Le Chrétien engagé, qui veut grandir dans sa foi et qui désire, peut-être, à aider ses paires à connaître Jésus, Le jeune qui a grandi à l’église mais qui se demande si la foi est vraiment pour lui, et Celui qui n’a jamais connu la foi. Nous voulons offrir un espace où chacune de ces personnes se sent à l’aise de partager ses questions, ses luttes, ses joies et ses victoires.